Une question ? au +33 (0) 241 961 465
0

Aperçu sur les défis à relever dans la lutte contre le cancer

cancer du sein

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), près de 15 millions de personnes meurent chaque année d’un cancer. Bien que cette maladie ne soit pas contagieuse, elle est particulièrement meurtrière. À l’heure actuelle, plusieurs scientifiques cherchent activement un remède. Toutefois, de nombreuses énigmes restent à résoudre pour éliminer efficacement les cellules cancéreuses.

 

Pourquoi un cancer est-il difficile à traiter ?

 

Au début de la maladie, une cellule cancéreuse apparait et commence à se multiplier. L’amas cellulaire obtenu devient une tumeur qui grossira au fil du temps. À ce stade, le cancer sera indétectable jusqu’à ce que cette grosseur atteigne quelques millimètres de diamètre. Plus tard, cette dégénérescence se propagera aux tissus alentour en passant par les glandes lymphatiques.

Jusqu’à aujourd’hui, il n’existe aucun moyen d’éradiquer complètement les cellules malignes. Les globules blancs ne s’attaquent pas à ces dernières. Des recherches prouvent que les leucocytes sont paralysés au contact de ces éléments perturbateurs. Voilà pourquoi le corps ne peut pas guérir d’un cancer par lui-même.

Le plan de traitement conventionnel prévoit l’ablation de la zone infectée suivie d’une chimiothérapie. Cette seconde étape a pour but d’éliminer les cellules cancéreuses survivantes. Toutefois, elle est particulièrement éprouvante pour l’organisme. Les médecins vont administrer des agents chimiothérapiques. Ces substances cytotoxiques altéreront la santé du patient. De nombreux effets secondaires se manifesteront comme une perte d’appétit ou des vomissements fréquents. Mais, par-dessus tout, cette méthode affaiblit les défenses de l’organisme. Plusieurs personnes admises en soins palliatifs souffrent d’un déficit immunitaire au terme de leurs traitements. Cet état physiologique sera particulièrement problématique en cas de rechute. D’où l’intérêt de chercher une solution permettant d’enrayer ce processus.

 

Comment préserver ses défenses immunitaires contre les effets néfastes d’une chimiothérapie ?

 

Protéger l’immunité de la toxicité des chimiothérapies est bien plus difficile qu’on ne le pense. Les substances administrées altèrent certaines réactions biochimiques responsables de la synthèse des leucocytes. Pour éviter cela, le professeur Mirko Beljanski a mis au point un moyen permettant de catalyser la duplication normale de l’ADN de la moelle osseuse. Cette solution s’appuie sur les propriétés d’un immunostimulant basé sur des petits fragments d’ARN. Ce médicament d’un autre genre permet de favoriser la maturation des globules blancs. De nombreuses études ont déjà prouvé l’efficacité de cette méthode. Seulement, les patients doivent préalablement solliciter l’avis de leurs médecins traitants afin de prendre la bonne décision.

L’approche de Beljanski ne suffit pas à elle seule à éradiquer les cellules cancéreuses. Cependant, elle apporte plus de bien-être aux souffrants. Trouvez plus d’infos sur le blog : Monique Beljanski.

Les substances prescrites agissent en parfaite synergie avec la chimiothérapie. Elles renforcent les défenses immunitaires et évitent que l’état du malade se dégrade trop rapidement. D’ailleurs, d’autres produits peuvent compléter ce traitement pour ralentir la propagation de la maladie. Pour les découvrir, il appartient à chacun de faire quelques recherches sur internet.

Laisser un commentaire